illu.png
  • Quel est le rôle de la transpiration ?

    Contrairement aux idées reçues, transpirer n’est pas sale, c'est même très important. La transpiration permet la thermorégulation de l’organisme, contribue à l’hydratation de l’épiderme et participe même à l’expression des émotions. Alors plutôt que de l’éliminer, apprenons à composer avec… naturellement !

  • Et si je passais au bio ?

    Sachant que la peau des aisselles est fine, très sensible, souvent irritée par les épilations et donc plus poreuse, la bonne solution reste de traiter la transpiration naturellement avec des déodorants bio. Ces derniers détruisent les bactéries responsables des mauvaises odeurs à la différence des déodorants conventionnels qui utilisent des sels d’aluminium pour boucher les pores de la peau et ainsi bloquer le mécanisme de transpiration. Évidemment, ceci est déconseillé quand on sait l’importance de la sudation. D'autant qu'en 2011, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a mis en lumière un lien éventuel entre le cancer du sein et l’exposition aux produits anti-transpirants contenant des sels d’aluminium – avec toutefois des réserves sur leur toxicité lors d’une exposition par voie cutanée non irritée.

  • Comment choisir son déodorant ?

    Aujourd’hui l’offre de déodorants bio est très large. Le choix est aussi vaste en termes d’actifs qu’en termes d’usages. Les adeptes de la slow cosmétique s’orienteront vers des produits bruts comme les huiles essentielles, le bicarbonate de soude, le gel d’aloé vera ou encore la pierre d’alun. Les moins averties (ou les plus paresseuses) choisiront un déodorant déjà tout prêt et, bonne nouvelle, elles trouveront maintenant des galéniques et des usages différents : spray, roll-on, baume, crème ou stick…

Pour aller plus loin